Double vue

J’ai pris ces photos à travers un stéréoscope iranien exposé au Studio 104 à Paris lors du festival de la jeune photographie européenne Circulations.

Cette série illustre une double réception et interprétation des images: la première, celle du photographe des clichés originaux ; la deuxième, celle du visiteur qui vient observer les images proposées par le photographe à travers un stéréoscope.

« Shahre Farang », BERAHMAN FARHAD, 2018

Un shahre farang est la version iranienne des stéréoscopes, divertissement utilisé par les conteurs errants des XIXe et XXe siècles. Signifiant « ville européenne » en persan, le shahre farang permettait aux Iraniens de voir des images de villes exotiques comme Londres, Paris et Rome, qu’ils n’auraient probablement jamais visitées sinon. L’artiste a l’intention de construire une réplique d’un shahre farang traditionnel. Il abritera les souvenirs des Iraniens vivant en exil au Royaume-Uni. En leur demandant où ils se rendraient s’ils pouvaient rentrer chez eux maintenant, il a travaillé avec un réseau de photographes iraniens qui ont capturé des images de ces lieux. L’oeuvre dressera un portrait à distance, à la fois intime et nostalgique de l’Iran.

Festival Circulations

Le stéréoscope: DSC_0573

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s